Articles à lire pour vous inspirer

La revanche des moches

FLmoches1

D’habitude ce sont les beaux fruits et légumes qui trônent sur les étalages, mais de plus en plus les fruits et légumes moches sont mis en avant. Après leur publicité, une chaîne de supermarché s’est mis à vendre des denrées que les producteurs sont habituellement obligés de jeter et plusieurs enseignes font de même. M6 les met à l’honneur par une émission où de grands chefs cuisinaient un repas à partir de produits issus du gaspillage alimentaire. Pour les fromages, les meilleurs sont les trop coulants, un peu trop faits. Car nous savons bien qu’être biscornu n’empêche pas d’être savoureux ; par ailleurs, le consommateur commence à en avoir assez de gâcher.

Reflet miroir

 

Ainsi, la dictature des apparences est en train de perdre du terrain, et la revanche des moches pourrait aussi se déployer en faveur des êtres humains. D’habitude ce sont les profils les plus beaux qui monopolisent l’attention car notre société se montre souvent intolérante et cruelle pour les faibles, pas beaux, hors-norme. Quelle gaspillage éhonté !

Plus encore que pour les fruits et les légumes, la vraie beauté des êtres humains est intérieure, et c’est l’unicité de chacun d’entre nous qui fait la saveur du monde. Décidément, il est temps que les moches contre-attaquent !

 

Condensé de l’article de Anne Ponce, directrice de la rédaction de Bayard Presse – source : Le Pelerin n°6883, 30 octobre 2014 (Juin 2015)

********************************************************************************************************************************************

La santé et le bien être découlent d’un état d’esprit positif

lumière dans l'âme

Il faut apprendre à être honnête, humble, ouvert à de nouvelles perspectives sans avoir la prétention de savoir à priori ce qui est bien pour nous : cela permet à notre cœur d’élaborer des impulsions, des informations et des suggestions. Cette attitude nous donnera un bénéfice immédiat. Nous nous rendrons compte que, si nous développons la confiance et l’acceptation, nos relations avec les autres seront plus harmonieuses, nous apprendrons à apprécier les aspects positifs des choses de tous les jours sans surestimer les désagréments. Il s’agit donc d’une attitude plus équilibrée et plus optimiste. En nous comportant de la sorte, nous ressentirons aussi un bien-être physique. Il ne fait aucun doute qu’un esprit positif a des effets bénéfiques sur les malaises du corps. Cette invitation à approfondir la connaissance de nous-mêmes à travers la communication silencieuse avec notre âme nous est adressée constamment. Si nous étions conscients que chacun d’entre nous est composé en égale mesure d’éléments psychiques et physiques, la recherche de l’harmonie intérieure serait facilitée : un état d’âme négatif est une des causes les plus fréquentes de mal-être de l’individu, et chacun peut observer qu’il souffre souvent de loin en loin des mêmes maux. Or, les véritables maladies qui nous affligent sont l’orgueil, la vanité, l’intolérance,l’instabilité, la peur et l’égoïsme. Chacun de ces défauts finit par créer des désagréments, un sentiment de conflit et de dysharmonie qui se reflètent enfin dans une maladie de type somatique. Dans cette condition, les organes ne sont pas affectés au hasard : les problèmes qui se manifestent sont étroitement liés au malaise spirituel dont nous souffrons. En rééquilibrant notre personnalité, nous pouvons diminuer, voire éliminer les souffrances physiques pour entreprendre un processus de guérison profond et vrai ; celui qui intervient avec la guérison de l’âme. (Juillet 2015)

********************************************************************************************************************************************

Vivre en harmonie avec soi-même

vivre en harmonie

Vivre en harmonie avec soi-même est un véritable atout au quotidien. Lorsque je suis en harmonie avec moi-même, je suis en accord avec l’ensemble des personnes qui m’entourent. Mes désirs et mes sentiments sont en lien direct avec ce que je fais ou entreprends. Pour vivre cette harmonie, il faut simplement oser être soi-même.

Il est possible de vivre en harmonie avec soi-même en étant vrai, en recherchant cette vérité propre qui n’appartient qu’à nous même. En d’autres termes, on ne doit pas s’obliger ou se faire violence pour accepter quelque chose ou quelqu’un. Il faut être capable d’exprimer ses désaccords même avec ceux que nous estimons.

Chasser ses pensées négatives

Avec la situation économique morose et les tensions internationales qui font l’actualité; l’inquiétude pour l’avenir est grande chez certaines personnes. Beaucoup ont perdu leur flamme intérieure. Il est important que chacun puisse retrouver la maîtrise de soi pour ressentir cette paix intime si bénéfique. Pour cela, les pensées doivent cesser de se focaliser sur les difficultés, elle existent, c’est un fait. Y penser sans arrêt ne permet ni de les résoudre, ni de se trouver dans l’état d’esprit d’apaisement nécessaire à la prise de décision. Désencombré de la négativité, notre esprit est en condition pour trouver l’harmonie entre ce qui est en nous et ce qui se présente à nous. Ainsi, on est bien plus à même de pouvoir gérer l’ensemble de nos obligations personnelles, familiales et professionnelles.

Éviter les conflits intérieurs

Le conflit intérieur se manifeste lorsque nous devons réagir face à une situation donnée, souvent dans l’urgence. Dans l’enchaînement des faits, il nous arrive fréquemment d’adopter une attitude ou de prendre une position contraire à ce qui nous définit profondément. Savoir dire non quand on ne veut pas, cela doit être simple et naturel. Si l’on ne prend pas soin de s’écouter, on entre en conflit avec soi-même. Bien souvent, les raisons qui poussent une personne à agir d’elle-même contre sa volonté ne lui apparaissent pas clairement. Il est essentiel d’entendre au préalable ce qui vous définit en tant qu’être unique. La connaissance de soi s’acquiert par l’écoute de ses sentiments et de ses ressentis. La méditation est une piste intéressante pour qui souhaite entrer en relation profonde avec lui-même.

Se débarrasser de ses souffrances

La souffrance, puis l’habitude de la souffrance, sont des obstacles insurmontables à qui cherche l’harmonie intérieure. Des blessures anciennes qui persistent sont souvent à l’origine de souffrances lancinantes. Ces blessures doivent trouver l’accueil bienveillant qui permettra de les résoudre et pouvoir constater ensuite qu’elles auront – enfin – réellement disparu. Cette écoute, vous pouvez l’avoir par vous-même ou la rechercher auprès d’une bonne personne dans votre entourage.

Apprendre à s’aimer pour ouvrir son champ des possibilités

Ainsi débarrassé de vos pensées négatives, de vos conflits intérieurs et de vos souffrances : vous accédez à la paix intérieur. Vous êtes en harmonie avec votre moi profond. Les bénéfices ressentis sont nombreux et appréciables. Les difficultés de la vie n’apparaissent plus comme insurmontables. Vos relations aux autres sont saines et mutuellement bienfaisantes. Vous accomplissez vos actes avec bonheur. Au final, vous apprenez à apprécier celle ou celui que vous êtes réellement. A partir de là : tout devient possible. Il n’existe plus aucune barrière à votre épanouissement personnel.

Fabrice Renault, 24 août 2015 – Source : Mieux vivre autrement – (Août 2015)

********************************************************************************************************************************************

La crise face à soi

I c La crise économique atteint l’avoir et l’être. Ce livre dénonce les effets psychologiques de la crise avec toutes les inquiétudes qu’elle entraîne. Cette souffrance psychologique, personne n’en parle et ce silence renforce l’angoisse individuelle, la solitude et la honte. Or cette honte n’a pas lieu d’être. Dire à quelqu’un « ce n’est pas toi qui est malade, c’est le monde qui l’est ; et si tu ne supportes pas ce que tu vis, c’est parce que c’est invivable », lui permet de retrouver du sens.

Lire l’article entier : La crise face à soi

 

Extrait de l’article sur Claude Halmos par Isabelle Vial – Source : Le Pelerin n°6883 – 30 octobre 2014 – (Août 2015)

*******************************************************************************************************************************************

L’art de l’essentiel : faire le tri dans sa vie

lartdelessentiel

Nous sommes entourés d’une multitude d’objets plus ou moins utiles que la société nous pousse à acquérir et qu’elle rend indispensable à nos yeux. Nous avons de nombreuses habitudes, bonnes ou mauvaises, des fréquentations plus ou moins avouables… Et si nous commencions à faire un tri dans notre vie ? Surtout que certains objets (voire personnes) sont des chaînes qui nous entravent chaque jour, que l’on en soit conscients ou non. L’art de l’essentiel en désencombrant la vie permet de créer un environnement serein autour de soi, propice à la réflexion et à la relaxation. On accède alors au bonheur d’une vie sereine, plus joyeuse et enrichissante.

Jeter l’inutile et le superflu pour faire de l’espace en soi

Pourquoi chercher à désencombrer ?

Quand un intérieur devient plus épuré et raffiné, il devient relaxant. Son entretien devient plus facile. Vous gagnez alors du temps pour vous, c’est inestimable. L’environnement physique ainsi libéré dégage la vue et l’esprit, nous sommes moins préoccupé par les biens matériels. D’autre part, ce que l’on possède a une plus grande valeur.

art de l'essentiel

Les relations s’améliorent avec ceux qui comptent vraiment, les relations « polluantes » n’accaparent plus notre temps et notre énergie. Votre qualité d’écoute bienveillante se développe. On profite alors de son temps avec plus de légèreté et de joie de vivre. On est plus libre, on se sent exister tout simplement. On y voit plus clair, on sait ce que l’on veut vraiment.

Par où commencer ?

La tâche peut paraître énorme et… elle l’est. Mais les choses apparaissent tranquillement avec le temps, une à une. Il n’existe pas de résultat fini, nous évoluons à chaque instant. Par conséquent ce qui est vrai un jour ne l’est pas forcément pour toujours. Avant de commencer à désencombrer sa vie, il est donc nécessaire de se questionner sur les choses matérielles et immatérielles qui la composent. Les amis, les objets, mais aussi les occupations et habitudes : tout va y passer. Quelle importance a-t-il/elle pour moi? Que représente cet objet dans mon quotidien? Quels services me rend t-il au regard de la servitude qu’il m’impose ? Comment cet ami me considère t-il, avons-nous des rapports de qualité ? Notre relation est-elle riche et sommes-nous bienveillants l’un pour l’autre ? Les réponses à ces questions se trouvent en chacun de nous. Elle sont différentes d’un individu à l’autre. Elles sont le reflet de notre caractère et de nos aspirations les plus profondes.

On peut commencer par faire l’inventaire de la maison, une pièce après l’autre, objet après objet; on vient questionner les véritables raisons de sa présence ici. Puis on fait un choix : je le garde ou je m’en sépare. Jeter, vendre ou donner, il faut recycler ses biens matériels si possible. Au fur et à mesure, les réponses sont de plus en plus évidentes, on a moins d’hésitation. On se met à réellement apprécier et respecter nos vrais amis. On reconnaît une plus grande valeur aux objets que l’on conserve.

Le bonheur est gratuit et accessible: construire véritablement sa vie en faisant des choix, c’est un luxe et un bonheur inestimable. C’est gratuit et accessible à tous. Quand on a compris ces choses on ressent vite les bienfaits que notre nouvelle vie nous apporte. On ne peut plus retourner à cette vie passée à gagner toujours plus d’argent. Acheter toujours plus d’objets inutiles pour en parler des heures durant avec un pote dont on ne connaît plus trop le nom.

Fabrice Renault, 28 février 2015 – Source : Mieux vivre autrement – Article inspiré du livre de Dominique Loreau : L’art de l’essentiel – (Août 2015)

********************************************************************************************************************************************

Ecouter sa petite voix intérieure

Ecouter sa petite voix intérieure, son intuition, son guide, son ange

Ange

Des conseils sont donnés à notre âme et non pas à nos oreilles. Toutefois, puisque nous avons notre libre arbitre, il ne peut intervenir sur notre volonté : nous sommes libres d’accueillir ou de refuser ses exhortations. Nous pouvons suivre le chemin qu’il nous indique, ou ignorer ses appels et poursuivre dans l’erreur : c’est à nous que revient la décision sur le comportement à adopter et il ne peut rien faire sans notre collaboration. Bien que chacun soit assisté par un ange gardien, c’est pour cela que des hommes continuent d’offenser le principe du bien. Parfois, ce guide précieux ne nous épargne pas des accidents et des situations douloureuses (qui pourraient être plus nombreuses s’il ne nous aidait pas) : une attitude imprudente et superficielle de notre part peut rendre ces épreuves nécessaires car elles permettent de prendre conscience des conséquences négatives de nos actions et donc d’éviter des épreuves plus dure dans l’avenir.

Parfois certains événements qui nous paraissent injustes peuvent être considérés avec le recul comme des éléments de changement. Nous nous rendons compte que ce qui est arrivé et que nous avons d’abord considéré comme dramatique n’était qu’une expérience formatrice qui a eu le mérite de nous faire évoluer.

Extraits de l’ange gardien de Surabhi E. Guastalla – (Août 2015)

********************************************************************************************************************************************

Tant que l’on n’a pas trouvé intérieurement ce que l’on cherche au-dehors, on passera à côté sans le voir,
car le monde extérieur n’est qu’un reflet de notre monde intérieur.

Coeur nature

Que ce soit la beauté, l’amour, la sagesse, il est presque inutile de les chercher autour de soi
si on n’a pas commencé par les découvrir en soi.

Omraam Mikhaël Aïvanhov.

********************************************************************************************************************************************

Un peu de spiritualité…

A un moment donné, tôt ou tard, de gré ou de force, l’être humain en arrive à la spiritualité : il se pose des questions existentielles : qui suis-je, que fait-on sur terre, quel est le but de la vie, pourquoi m’arrive t-il cela, que doit-on faire ensemble…. Il cherche des réponses et essaie de donner du sens à sa vie pour la vivre pleinement. Cette quête volontaire, une fois enclenchée va se développer tout au cours de notre vie pour prendre une part de plus en plus importante, nous menant vers le beau, le vrai, l’essentiel, l’entraide au détriment du paraître, de la superficialité, du matériel et de l’égo.

Ne pas confondre spiritualité et religion

La spiritualité propose la découverte de soi en suggérant un véritable travail d’introspection, pour exprimer notre vraie nature, penser par nous-mêmes et laisser s’exprimer notre amour et notre personnalité unique. Toute une liberté de vivre notre réalité que n’offre pas les religions où chacune impose sa croyance et dicte le comportement à tenir et où l’individu s’efface pour faire partie de la communauté.

La spiritualité revendique la liberté de l’esprit quand la religion inculque la vérité établie

Lire la suite de l’article : Article spiritualité suite

En conclusion :

Sans une connaissance approfondie de soi, personne ne peut prétendre savoir où se trouve son bonheur. Car il s’agit bien de trouver son bonheur et non pas « le bonheur » préemballé-servi par la société. En tout cela, la spiritualité est la réponse naturelle qui s’offre à nous, c’est délaisser l’égo pour être plus dans le coeur.

(Août 2015)

********************************************************************************************************************************************

Comment la vraie beauté des êtres humains est intérieure

Ce qui est au fond de toi se reflète à l’extérieur. Quand il y aura ordre, harmonie, beauté et paix en toi, cela se reflètera dans tout ce que tu dis, fais et penses. Tandis que s’il y a confusion, désordre et disharmonie en toi, cela ne peut être caché et cela se reflètera dans toute ta vie et ta façon de vivre. Lorsque le changement se produit, il doit venir de l’intérieur et aller vers l’extérieur. De cette manière, il sera durable, et rien ne pourra le déséquilibrer. Ne t’installe pas confortablement en comptant que ta vie change, mais mets-toi au travail et fais quelque chose en ce sens. Tu peux commencer dès maintenant en travaillant sur ton propre état intérieur. Tu n’as pas à attendre que quelqu’un d’autre change ; tu peux effectuer ton propre changement sans plus attendre. Rends grâce constamment de ce qu’il te soit possible de faire quelque chose pour cela sans que rien ne t’arrête. Si quelque chose t’arrête, c’est en toi ; tu es donc la personne qui peut y remédier.

La petite voix – 10 octobre (Octobre 2015)

********************************************************************************************************************************************

Gardez votre cœur d’enfant

(Octobre 2015)

********************************************************************************************************************************************

Le courage d’être soi-même

Une société avilissante : Tout nous invite à nous fondre dans la masse, à être des pions, des exécutants et même des esclaves. Nous sommes considérés comme des consommateurs, comme des salariés ou des chômeurs, comme des électeurs, comme des contribuables ou des téléspectateurs… La société a besoin de mettre les personnes dans des cases et dans des groupes pour mieux les identifier (ou pour mieux les contrôler). Lorsque nous sortons du lot, nous sommes qualifiés de marginaux, d’idéalistes ou de fous. La société juge, cependant la société c’est nous-mêmes. Nous jugeons tout le temps : ceux qui sont trop gros et ceux qui sont trop maigres, ceux qui ont un travail et ceux qui n’en ont pas, ceux qui sont déprimés et ceux qui sont joyeux, ceux qui sont beaux et ceux qui le sont moins …. Il est donc difficile de ne pas être étiqueté par la société ou de ne pas se coller soi-même une étiquette. « Je suis de droite, je suis de gauche, je suis peintre, je suis riche… »

Est-ce vraiment cela être Soi ? Est-ce qu’une étiquette peut vraiment définir notre nature profonde ? Le monde extérieur nous abreuve d’informations (radio, télé, internet…) et nous dicte notre façon de consommer, de choisir et de vivre. Dans ces conditions, comment savoir qui nous sommes vraiment? Quel chemin devons-nous parcourir pour retrouver notre nature profonde ? Et y a-t-il un véritable courage à aller vers Soi ?

Nous ne sommes pas notre image : La première étape serait sans doute d’essayer de prendre du recul par rapport à ce monde dans lequel nous vivons et qui ne cesse de vouloir nous coller des étiquettes. Le chemin vers Soi débuterait par une prise de conscience des étiquettes qui nous collent à la peau et qui ne sont que des images de nous-mêmes se reflétant à l’extérieur. Il s’agit du « faire », de « l’avoir » et de l’apparence. Qui suis-je à l’extérieur ? Qu’est-ce que je fais ? Quel est mon métier ? Quelles sont mes activités ? Qu’est-ce que je possède ? Quelle éducation ai-je reçue ? Quels sont mes principes ? Quelle est mon apparence ? Il s’agit des étiquettes que nous avons fini par intégrer en pensant qu’elles étaient notre véritable identité.

Qui suis-je ? Pour aller vers Soi, il faudrait maintenant tourner son regard vers l’intérieur et se demander de façon honnête : Quelles sont mes valeurs fondamentales ? En quoi est-ce que je crois vraiment ? Qu’est-ce qui m’anime de l’intérieur ? Qu’est-ce qui me rend heureux ? Qui suis-je ? Quelle est mon identité profonde ? Il s’agit de toutes ces questions en relation avec « l’être ». (Voir l’article Retrouver sa lumière intérieure)

Comment vivre en ayant le courage d’être Soi ? Après avoir sondé son être intérieur, il serait intéressant de se demander s’il y a un décalage entre la personne que vous êtes dans le monde et celle qui habite à l’intérieur de vous. S’il y a un fossé, alors vous pourriez faire l’exercice suivant. Tout d’abord isolez-vous et faites le silence à l’intérieur. Prenez un papier et un stylo. Respirez profondément et fermez les yeux quelques instants. Lorsque vous vous sentez apaisé, posez-vous les questions suivantes en répondant sans trop réfléchir et notez vos réponses : Qui suis-je quand je suis moi-même ? Qu’est-ce que je fais ? Où suis-je ? Avec qui ? (Avec quel type de personne ?) Comment est-ce que je me comporte ? Comment est-ce que je m’exprime ? Qu’est-ce que je ressens ? Quelle est mon apparence ? Le courage d’être soi réside dans le fait d’intégrer ses valeurs fondamentales dans sa vie quotidienne afin de retrouver l’harmonie entre le monde intérieur et extérieur. Le véritable courage serait de parcourir ce chemin de l’extérieur vers l’intérieur puis de l’intérieur vers l’extérieur afin de ramener nos qualités profondes dans notre monde extérieur. On peut être conscient que le monde n’est pas nous et connaître nos véritables aspirations sans pour autant avoir le courage de les exprimer et de les vivre.

Le courage d’être Soi c’est :

  1. Avoir conscience que nous ne sommes pas ce qui nous entoure
  2. Aller à l’intérieur de soi de façon honnête pour savoir qui nous sommes vraiment
  3. Agir et vivre selon nos valeurs profondes afin d’être en accord avec notre véritable nature

Avoir le courage d’être Soi c’est avoir le courage de mettre au monde l’être sacré qui nous habite malgré les difficultés, les doutes et les jugements. C’est un chemin difficile mais passionnant qui nécessite foi et persévérance. Faire l’impasse de cette voie, c’est prendre le risque de se perdre. Cheminer sur cette route c’est le cadeau que nous fait la Vie pour retrouver notre véritable nature.

Stopmensonges – (Octobre 2015)

********************************************************************************************************************************************

Dansez !

 

Musique : Trip the light (Voyager avec la lumière) de Garry Schyman – Paroles et traduction : Trip the light – Voyager avec la lumière

Un très bel article : le besoin vital de danser

(Novembre 2015)

********************************************************************************************************************************************

La vie ne se compte pas en nombre de souffles, mais en moments qui vous coupent le souffle

 

(Décembre 2015)